Article
Article

Carbon FRI et les engagements des citoyen·ne·s

Sylvain* est un youtubeur spécialisé dans les voyages à petits budgets. Il aime parcourir l’Europe à la recherche de petits coins peu explorés qu’il aime remettre au goût du jour et faire partager à ses followers. Soucieux de l’environnement, il essaie de voyager autant que possible en train. Le seul problème est que voyager en avion reste bien moins cher et lui accorde plus de temps pour préparer sa prochaine vidéo. «Au début, j’étais un fervent voyageur EasyJet. Je trouvais des vols pour moins de 30.- et ça me permettait de présenter des pays ou villes passablement loin de la Suisse, tout en gardant mon budget le plus serré possible. Aujourd’hui, après avoir vu les manifs des jeunes qui font grève dans la rue et lu des centaines de commentaires, parfois désobligeants de mes followers me disant d’éviter de prendre l’avion, je suis devenu plus conscient du problème. J’essaie à présent de prendre le train le plus souvent possible, mais ça ne me permet pas toujours de suivre mon budget».

Tout comme Sylvain, de plus en plus de gens aimant voyager et étant soucieux de leur environnement se retrouvent face à ce dilemme : le plaisir de découvrir des contrées lointaines ou alors privilégier des vacances à proximité. «Plusieurs personnes qui me suivent m’ont suggéré de payer des compensations de CO2 via south pole». South pole est une entreprise fondée à Zurich par des diplômés de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich. Elle vise à promouvoir le réchauffement climatique comme une opportunité commerciale pour les entreprises visionnaires. Pour les particuliers, elle permet en outre de pouvoir calculer leurs émissions de CO2 et de choisir ensuite un projet pour les compenser.

Vivant en périphérie de Fribourg, Sylvain a eu vent d’une nouvelle fondation qui permet de sensibiliser les gens à diminuer leur empreinte carbone. Il s’agit d’une fondation fribourgeoise, Carbon FRI. Contrairement à south pole, Carbon FRI mise sur un engagement des entreprises au niveau local. La fondation basée à Fribourg, dans les locaux de la Chambre de Commerce et d’industrie du Canton, fonctionne grâce aux démarches volontaires des entreprises. Pour se voir décerner le label Carbon FRI, l’entreprise intéressée doit présenter un bilan CO2 et doit aussi s’engager à réduire ses émissions de gaz à effet de serre à moyen et long terme. Lorsque la demande de l’entreprise a été acceptée, elle verse à la fondation un montant proportionnel aux émissions de CO2 calculées dans son bilan et se verra ainsi attribuer le label Carbon FRI. Les fonds ainsi investis sont ensuite reversés dans des projets locaux visant à réduire les émissions de CO2. Il s’agit là d’un véritable tremplin pour l’économie locale.

Ayant grandi à Grolley, j’ai trouvé ça super qu’un des projets serve à planter des arbres dans mon village natal

Ces projets font partie intégrante de la stratégie environnementale de la Suisse pour atteindre ses engagements globaux de réduction de gaz à effet de serre. En effet, la loi fédérale sur le CO2 vise à réduire les émissions carbones de 50% pour 2030 et 100% pour 2050. Suite aux initiatives cantonales, le canton de Fribourg a décidé de prendre les choses en main. En 2019, un député du Grand Conseil fribourgeois a déposé un postulat demandant au Conseil d’Etat de rédiger un rapport sur la possibilité de créer une plateforme internet proposant aux citoyen·ne·s des projets régionaux pour compenser le CO2 de manière volontaire. Elle visait tant les communes, les citoyen·e·s, les collectivités publiques que les acteurs privés afin qu’ils puissent bénéficier directement d’une amélioration de la qualité de vie dans les domaines du transport et de la production énergétique. Suite au dépôt de ce postulat, la Fondation Carbon FRI a très vite adapté sa plateforme pour la rendre accessible au grand public.

Objectifs de la stratégie climatique suisse, provenant de la Révision totale de la loi sur le C02 après 2020. Office fédéral de l’environnement OFEV.

La Fondation propose à présent un calculateur CO2, qui quantifie les émissions carbones des voyages et permet ensuite d’investir de manière volontaire dans les projets locaux de la Fondation. «L'hiver passé, je souhaitais aller au Grand Nord pour y filmer les aurores boréales et les élans de la toundra suédoise. Vu l'engouement de mes followers, j'ai décidé d'y aller, en avion mais cette fois-ci en reversant une somme pour mes émissions de CO2 à la Fondation Carbon FRI. Non seulement, j’ai pu attirer plein de nouveaux followers grâce à ce voyage magnifique, mais j’ai également pu garder les plus écologistes d’entre eux ! En plus, l’idée de contribuer à la protection de la nature dans le canton, je trouve ça génial !». A titre de comparaison, un citoyen suisse émet annuellement 14 tonnes de CO2 (part émise en Suisse et à l'étranger). La Confédération s’est fixée pour objectif de réduire son impact carbone de moitié d’ici à 2030. Carbon FRI répète que le calculateur n’a pas pour ambition de faire déculpabiliser les citoyen·ne·s, mais bien de leur faire prendre conscience de leur empreinte carbone. «Je réalise que mon empreinte carbone explose avec mes voyages en avion et cela m'amène a réfléchir sur l'impact de mon mode de vie d'une manière générale».

© Fondation Carbon Fri
© Fondation Carbon Fri

«Ayant grandi à Grolley, j’ai trouvé ça super qu’un des projets serve à planter des arbres dans mon village natal». Le premier projet de financement de Carbon FRI est issu d’une collaboration entre Forêts-Sarine et l’école du Bonheur, à Grolley. Le 13 décembre 2018, 1600 arbres adaptés aux changements climatiques (le Chêne de Sessile et le pin Douglas) ont ainsi été plantés dans le but de pérenniser la forêt pour les générations futures.

- David Mauron -

Et vous ?

Comptez-vous évaluer vos émissions de CO2 ?


www.carbonfri.ch
www.southpole.com

* personnage fictif