Article
Article

L'arrivée du Moustique-tigre

Moi le moustique

« Salut, moi c’est Diego. Je suis un aedes albopictus, plus communément appelé moustique-tigre. Mon prénom, je l’ai choisi car je trouvais que c’était un bon nom de tigre comme le tigre à dents de sabre du film d’animation l’Âge de glace. Après tout, je suis tigré, j’en ai bien le droit ! Tout comme les tigres, j’adore les coins humides et me prélasser au soleil.

Actuellement, je me trouve sur un bon goudron bien chaud quelque part sur une autoroute dans le canton de Fribourg. Ça ne fait pas longtemps que je vis ici. Avant, voyez-vous, c’était comme dans l’Âge de glace, il faisait trop froid pour moi dans ces contrées. Les zones humides d’Asie, d’où je viens, étaient fort sympathiques. Mais que voulez-vous ? J’ai toujours adoré voyager et découvrir de nouvelles saveurs sanguines ! Fort heureusement, les températures augmentent sensiblement et je peux désormais explorer d’autres parties du monde ».

Je suis tout d’abord allé tout au Sud où les températures sont plus agréables. Puis sentant que la température montait sensiblement, je me suis déplacé lentement vers le Nord.

Mes voyages

« Où en étais-je ? Ah oui ! je vous racontais mes voyages. Vous savez, je suis déjà venu sur votre continent il y a de cela quelques dizaines d’années. J’aimais beaucoup la région, mais il y faisait encore un peu trop froid à mon goût. Je suis alors parti faire un tour du monde afin de trouver des endroits chauds et humides. Je me suis établi en Amérique du Nord, qui a l’avantage de bénéficier de vrais étés chauds. Mais même si le lieu était confortable, mon envie irrépressible de bouger m’a reconduit par chez vous. Je suis tout d’abord allé tout au Sud où les températures sont plus agréables. Puis sentant que la température montait sensiblement, je me suis déplacé lentement vers le Nord. Découvrir sans cesse de nouvelles saveurs exotiques m’incite toujours plus à voyager et grâce aux voitures et aux camions, cela est très simple aujourd’hui, même pour un petit moustique comme moi. Je me faufile dans une voiture et hop, je voyage sur des kilomètres pour pas cher ».

Point de vue de celui qui se fait piquer

Bonjour, moi c’est Narrateur. J’étudie les organismes nuisibles qui apparaissent avec les changements climatiques. Avec la hausse des températures, nous avons des espèces invasives qui s’établissent dans notre pays. Les néophytes sont des végétaux exotiques et envahisseurs, tels que le palmier par exemple. Les neozoa sont quant à eux, des animaux, dont notre Diego, fait partie. A cause du réchauffement climatique, des espèces provenant de régions plus chaudes du monde sont en train de migrer vers d’autres pays qui jusque-là, ne bénéficiaient pas de températures aussi clémentes. En Suisse, la plateforme Néobiota s’occupe justement de collecter, valider et publier des informations sur les aires de distribution ainsi que les caractéristiques de toutes les espèces présentes en Suisse, et notamment aussi celles qui ne sont pas natives de notre pays.

A cause du réchauffement climatique, des espèces provenant de régions plus chaudes du monde sont en train de migrer vers d’autres pays qui jusque-là, ne bénéficiaient pas de températures aussi clémentes.

En écoutant Diego, je dois ajouter quelques informations. Le moustique-tigre est en effet une des espèces de moustique les plus invasives au monde. Ses piqûres sont potentiellement dangereuses car elles peuvent véhiculer des maladies pour lesquelles il n’existe pour l’instant aucun remède. Les trois principales sont la dengue, le zika et le chikungunya. Il ne faut pas paniquer pour autant, car le moustique doit d’abord piquer une personne malade avant de pouvoir transmettre une maladie à un autre être vivant. Je vous conseille d’aller consulter votre médecin uniquement si vous présentez des symptômes grippaux ou articulaires suite à une piqûre. Mais pourquoi le moustique-tigre nous pique-t-il ? Et bien pour les mêmes raisons que les autres espèces de moustiques : les femelles, une fois fécondée, doivent se fournir en protéines présentes dans le sang, qui sont essentielles à la survie de ses petits. Elle doit piquer un mammifère ou un oiseau afin de trouver les protéines nécessaires à la survie de ses petits. Voir la page de l'Etat de Fribourg sur le moustique-tigre.

Comment le reconnaître

Il est très petit et mesure en moyenne 0.5 cm. Le moustique commun atteint généralement les 1,5 mm. Il faut savoir que ce sont les femelles qui piquent, les mâles s’occupent plutôt de butiner les fleurs. Contrairement aux autres espèces de moustiques, les moustiques-tigresses piquent pendant la journée et ne font pas le même bruit caractéristique. Effet surprenant : elles relèvent leurs pattes arrières lors de la piqûre ! Pour plus de détails, visionnez l’interview du Prof. Cherix. La photo ci-dessous vous montre également à quoi ressemble le moustique-tigre.

Si vous pensez en avoir aperçu un, vous pouvez transmettre une photo de l’animal en ajoutant vos coordonnées au site www.moustiques-suisse.ch et normalement, vous obtiendrez une confirmation d’un-e scientifique dans les 24 à 48 h.

Comment l’attraper, limiter son expansion et s’en prémunir

La technique utilisée actuellement pour savoir si cette espèce est bien présente dans une région donnée est d’installer des « ovitraps ». Il s’agit d’un petit bocal de couleur sombre faisant une douzaine de centimètres de haut. A l’intérieur de celui-ci, on met un petit bâton et de l’eau que les femelles recherchent pour pondre leurs œufs. On y ajoute enfin un produit rempli de bactéries qui empêche les larves de se développer. Les scientifiques récoltent ainsi des données dans toute la Suisse afin d’anticiper l’arrivée de ce moustique et des maladies qu’il pourrait transmettre.

L’équipe scientifique en train d’effectuer la mise en place des «ovitraps» et la récolte des échantillons sur l’air d’autoroute de la Gruyère.

Que pouvons-nous faire pour limiter son expansion ? Il suffit d’éliminer toutes les surfaces d’eau dans votre jardin ou de votre balcon. Asséchez les bocaux, les pots de fleurs ou évitez les petites fontaines. (voir PDF: Concept de lutte contre le moustique tigre, OFEV, 2011).

Comment puis-je me protéger de ce moustique-tigre ? Et bien comme pour les autres moustiques, la meilleure protection consiste à porter des vêtements longs. Si vous êtes en extérieur et en apercevez un, éloignez-vous car il reste rarement sans ses congénères. Vous pouvez également utiliser un anti-moustiques, mais cela ne vous protégera pas autant que vos habits. Rassurez-vous, tant qu’il n’y a pas d’épidémie de dengue, chikungunya ou zika dans le canton, vous ne risquerez rien à part un petit bouton en cas de piqûre !

- David Mauron -

Voulez-vous en savoir plus sur le moustique-tigre ?
Nous vous invitons à visionner la vidéo du Professeur Cherix.