Article

Les changements climatiques

Que sont les changements climatiques ? Et qu’est-ce que le réchauffement climatique ?
Vous vous êtes peut-être déjà posé la question s’il y avait une différence entre les deux ?

Le réchauffement climatique est le réchauffement mondial de la température observé à la surface de la Terre depuis le début de l’ère industrielle. Il est dû aux activités humaines et principalement à la consommation de combustibles et de carburants d’origine fossiles qui augmentent l’effet de serre via l’accumulation grandissante des gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère. Le gaz principal est le dioxyde de carbone (CO2).

Tendances mondiales des émissions de CO2 attribuables aux combustibles fossiles © Carbon Dioxide Information Analysis Center

Les changements climatiques font quant à eux référence au réchauffement naturel et anthropique et ses effets sur la planète Terre. Il s’agit d’une modification à long terme des conditions météorologiques moyennes qui déterminent les climats locaux, régionaux et mondiaux de la Terre. Les changements climatiques actuels sont donc les conséquences du réchauffement climatique, dont les plus frappantes sont la fonte des glaciers, la hausse du niveau des mers, l’augmentation des événements extrêmes comme l’augmentation de l’intensité des précipitations, les canicules et les sécheresses.

© Boontam/Shutterstock

Les relevés météorologiques dans le monde et en Suisse démontrent que le climat est soumis à d’importantes fluctuations. Jusqu’au début du XXe siècle, ces dernières étaient surtout naturelles. Les processus naturels ont donc aussi une influence sur le climat. On distingue la variabilité naturelle, tels que les phénomènes océaniques cycliques comme El Niño, La Niña et l’Oscillation Nord-Atlantique et également les forçages externes, comme l’activité volcanique, les changements dus à l’énergie solaire et les variations de l’orbite terrestre (voir: Oscillations de Milankovitch). Cependant, la hausse des températures observées ces dernières décennies ne peut s’expliquer que par l’augmentation des gaz à effet de serre (MétéoSuisse). Selon le dernier rapport du GIEC, il est « extrêmement probable que l’influence de l’homme est la cause principale du réchauffement observé depuis le début du XXe siècle » (GIEC, 2013).

il est extrêmement probable que l’influence de l’homme est la cause principale du réchauffement observé depuis le début du XXe siècle
GIEC, 2013

Les climatologues se basent sur des observations au sol, dans l’atmosphère et dans l’espace à l’aide de modèles théoriques pour étudier les changements climatiques passés, présents et futurs. Les relevés de données climatiques fournissent des indicateurs-clefs des changements climatiques. Communément appelés variables climatiques, ces changements se retrouvent dans la température, comme l’augmentation du nombre de jours d’été et jours tropicaux, la diminution des jours sans dégel et de gel. Le printemps a tendance à arriver quelques semaines plus tôt et l’automne survient également quelques semaines plus tard (MétéoSuisse).

L’effet le plus important et le plus visible est la température. Au niveau du sol, celle-ci a augmenté de près de 2,1°C depuis le début des mesures en 1864. C’est plus du double de l’augmentation de la température moyenne mondiale. Comme vous le voyez sur l’image présentée ci-dessous, la Suisse n’a connu aucune année plus froide que la moyenne des années 1961 à 1990 depuis environ 30 ans.

Hausse de 2,1°C de la température moyenne en Suisse depuis le début des mesures (par rapport à la norme de 1961–1990)

Qu’en est-il du futur et que nous réserve l’avenir ? Afin de répondre à cette question, MétéoSuisse élabore des scénarios climatiques selon plusieurs trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre. Les scientifiques démontrent les évolutions possibles du climat en Suisse. Le calcul se fait grâce à des modèles climatiques et des méthodes de statistiques. Les scénarios actuels (CH2018) dévoilent quatre évolutions principales : des étés plus secs, de plus fortes précipitations, plus de jours tropicaux et des hivers peu enneigés. Pour en savoir plus, voici l’article consacré aux scénarios climatiques.

- David Mauron -