Glossaire

A B C D E F G I J L M N O P R S T U V
A

Activités humaines

Toute utilisation par les humains des ressources de la Terre qui émettent des gaz à effet de serre dans l'atmosphère, provoquant le réchauffement climatique.

Adaptabilité

L’adaptabilité est la capacité à pouvoir s'ajuster aux changements climatiques. Elle peut être spontanée ou planifiée, c’est-à-dire en réponse (réaction) ou en prévision (anticipation) d’une évolution de conditions.

Adaptation

Il s'agit du processus d'ajustement des systèmes écologique, social et économique à un déclencheur climatique constaté ou anticipé, à ses effets et ses impacts. Il désigne un changement de pratiques et de structures visant à limiter ou éviter les dommages potentiels ou à tirer bénéfice des opportunités créées par les changements climatiques. (Il demande des ajustements afin de réduire la vulnérabilité au changement climatique de certaines communautés, régions ou activités).

Agenda 21

Le programme Action 21, rédigé à Rio en 1992, vise à intégrer les préoccupations concernant l’environnement et le développement. C’est un texte non contraignant de recommandations. Il propose notamment la mise en œuvre par les Pays de stratégie Nationales de développement durable, au niveau local dans des Agendas 21 locaux et la mise en place d’indications de développement durable. Il institue la Commission du développement durable des Nations-Unies, qui se réunit annuellement depuis.

Analyse du cycle de vie (ACV)

L’ACV est la mesure des ressources nécessaires à la fabrication d'un produit ou pour donner accès à un service, suivie de la quantification des impacts potentiels de cette fabrication sur l’environnement. Une ACV couvre l’ensemble du cycle de vie d’un produit incluant tous les emballages, procédés et activités. Cela inclut l’extraction et la mise en œuvre des matières premières ; production, transport et distribution ; utilisation/réutilisation/réparation ; recyclage et le traitement final. L’ACV fournit des données qui permettent de juger de l’impact environnemental des produits et services, et d’identifier les améliorations à toutes les étapes du cycle de vie (ou écobilan).

Anthropique

Se dit des phénomènes résultant des activités humaines.

Atténuation

En climatologie, il s’agit des engagements, y compris les objectifs chiffrés de limitation et de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Augmentation de l'effet de serre

Augmentation par rapport à l’effet de serre naturel du fait de rejets d’origine humaine (anthropique) conduisant au réchauffement climatique.

B

Biocarburant

Carburant obtenu à partir de matière organique sèche ou d’huiles combustibles d’origine végétale. L’alcool, la liqueur noire issue de la préparation de la pâte à papier, le bois et l’huile de soja sont des exemples de biocarburants.

Biodiversité

Diversité biologique du monde vivant à tous les niveaux : écosystèmes, espèces, populations, individus et gènes. 

Biosphère

Partie de la Terre et de l’atmosphère indispensable à la vie comprenant la basse atmosphère, les mers et la surface terrestre (où les organismes vivants existent à l’état naturel). Il s'agit de l’ensemble des biotopes du monde.

Blizzard

Le terme blizzard désigne d'abord une tempête d'hiver, puissante et prolongée (plus de 3 heures, mais moins de 3 jours en principe) durant laquelle les températures sont largement négatives (jusqu'à -50 °C) et de forts vents neigeux (jusqu'à 150 km.h-1) réduisent drastiquement la visibilité (moins de 1 kilomètre) au sol. À noter que l'usage veut également que le terme soit employé pour qualifier des tempêtes de neige qui surviennent par temps venteux.

C

Canicule

La canicule ou la vague de chaleur est une période de très forte chaleur durant l'été. On considère qu'il y a canicule quand, dans un secteur donné, la température reste élevée et l'amplitude thermique faible. C'est à dire que la température ne descend pas en dessous de 20°C la nuit, et atteint ou dépasse 30°C le jour. En outre, la sensation de chaleur est influencée par les paramètres météorologiques suivants: la température de l’air, le rayonnement solaire, l’humidité relative de l’air et le vent.

Capacité d'adaptation

C'est la capacité d'un système, d'une région ou d'une communauté à s'adapter aux effets des changements climatiques. Elle dépend des ressources économiques, sociales et humaines d'une société.

Capacité d'atténuation

Capacité d’un pays de réduire les émissions de gaz à effet de serre anthropiques (ou de renforcer les puits naturels).
Cette capacité se rapporte aux savoir-faire, aux aptitudes et aux compétences dont dispose un pays et dépend de la technologie, des institutions, de la richesse, de l’équité, des infrastructures et de l’information. La capacité d’atténuation est un élément essentiel de tout développement durable au niveau national.

Capture du CO2

Captage et stockage du (dioxyde de) carbone, aussi appelée séquestration.

Captage et stockage du (dioxyde de) carbone 

Processus consistant à extraire le dioxyde de carbone des sources d’émissions industrielles et énergétiques (ou directement de l'atmosphère), à le transporter vers un site de stockage et à l’isoler de l’atmosphère pendant une longue période de temps.

Cellule orageuse

Une cellule orageuse est un groupe de plusieurs orages se trouvant généralement dans un type de nuage, le cumulonimbus. Celui-ci provoque alors des averses, des éclairs, du tonnerre et des vents puissants. Ces phénomènes sont de courte durée et « meurent » rapidement.

Changements climatiques

Modification des paramètres climatiques (température de l'air, précipitations etc) au cours du temps et à l'échelle planétaire. Les activités humaines, en rejetant des gaz à effet de serre dans l'atmosphère, induisent actuellement des changements climatiques d'une ampleur et d'une vitesse que les cycles et modifications naturelles ne peuvent expliquer.

CO2

Dioxyde de carbone. Il est le principal gaz à effet de serre responsable des changements climatiques.

Combustible fossile

Agent énergétique tel que le mazout ou le gaz naturel principalement utilisé pour le chauffage des bâtiments. Sa combustion entraîne le rejet de gaz à effet de serre et contribue aux changements climatiques.

Compensation carbone 

La compensation carbone consiste à essayer de contrebalancer ses propres émissions de CO2 par le financement de projets de réduction d'autres émissions ou de séquestration de carbone. Elle est présentée comme étant l'un des outils disponibles pour atteindre la neutralité carbone dans le cadre de l'atténuation du réchauffement climatique. Elle s'applique essentiellement au CO2, mais peut s'appliquer également aux émissions d'autres gaz à effet de serre. En Suisse, la loi et l'ordonnance sur le CO2 constituent la base légale pour la compensation des émissions de CO2.

Note : Quand la compensation est totale, on parle alors de « neutralité carbone ».

Compensation volontaire 

Chacun peut vouloir compenser partiellement ou totalement ses émissions, en acquérant des unités de réductions d’émissions ou de séquestrations générées par des projets réalisés par des tiers. En général, on s’adresse à un opérateur spécialisé chez qui on acquiert un nombre d’unités « carbone » correspondant au volume des émissions de GES qu’on souhaite compenser. La somme versée contribue, directement ou indirectement, au financement d’un projet de réduction des émissions ou de séquestration de carbone.

Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques 

Consommation durable 

Mode de consommation qui s’assure que l’usage de services et de produits répondent aux besoins essentiels et appporte une meilleure qualité de vie tout en minimisant l’utilisation des ressources naturelles et des produits toxiques ainsi que les rejets de déchets et de polluants sur l’ensemble du cycle de vie sans compromettre la capacité à répondre aux besoins des générations futures.

Contingent d’émission 

Quota d’émission.

Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC)

La Convention cadre sur les changements climatiques est un accord international visant « à stabiliser, les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique. Il conviendra d'atteindre ce niveau dans un délai suffisant pour que les écosystèmes puissent s'adapter naturellement aux changements climatiques, que la production alimentaire ne soit pas menacée et que le développement économique puisse se poursuivre d'une manière durable. En 2018, elle était ratifiée par 197 pays.

Couche d’ozone 

Région de la stratosphère (comprise entre 15 et 40 km environ d'altitude) qui contient la majeure partie de l'ozone atmosphérique de la planète.

Coût des mesures d’adaptation 

Le coût incluant la planification, de l’élaboration, de la préconisation et de l’application des mesures d’adaptation.

Crédit carbone 

Terme générique qui s’impose dans les médias pour qualifier les allocations de gaz à effet de serre à des entités (pays, entreprise, projets) qui peuvent faire l’objet d’échange sur le marché. Unité générique équivalant à 1 tonne de CO2 évitée ou séquestrée. Le crédit carbone est exprimé en tonne équivalent CO2 noté tCO2e, selon la norme ISO 14064. (1 tonne de CO2 équivaut à 273 kg de carbone).

Crue

Une crue est une élévation du niveau d'un cours d'eau, qui résulte de la fonte des neiges au printemps, des glaciers ou de pluies abondantes.

Cycle du carbone 

Expression utilisée pour désigner l’échange de carbone (sous diverses formes, par exemple sous forme de dioxyde de carbone) entre l’atmosphère, les océans et croûte terrestre.

D

Découplage 

L'objectif de séparer la prospérité économique (génération de revenu, croissance économique) de la consommation de ressources et d'énergie (impact environnemental négatif, émissions de gaz à effet de serre, etc.). Du fait de la contrainte climatique on envisage un ambitieux découplage entre les rejets de gaz à effet de serre et la croissance économique grâce à un mode de développement plus sobre.

Déforestation 

Synonyme de déboisement ou de défrichement. Diminution des surfaces couvertes de forêt. Il vise plus particulièrement de nos jours la réduction considérable des forêts équatoriales, qui résulte pour beaucoup d'une exploitation inconsidérée et de la volonté de certains pays de développer la présence humaine dans ces zones. Elle a comme conséquence directe une aggravation des conséquences sur le climat, de l’érosion des sols (susceptible d'aller dans des cas extrêmes, jusqu'à les rendre stériles) qui aboutit à une modification de la biodiversité.

Développement durable 

Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leur propre développement.

Dioxyde de carbone 

Ou CO2. Gaz d’origine naturelle ou résultant de la combustion d'agents énergétiques fossiles (pétrole, gaz, charbon, etc.) et de la biomasse ainsi que des changements d’affectation des terres et d’autres procédés industriels. C’est le principal gaz à effet de serre anthropique qui influe sur le bilan radiatif de la Terre. Il est ainsi la principale cause des changements climatiques. C’est aussi le gaz de référence pour la mesure des autres gaz à effet de serre, dont le potentiel de réchauffement global est donc égal à 1.

Droit d’émission 

Échange de droits d'émission. Ce terme, qui est aussi utilisé par le GIEC, s’apparente à un droit à polluer, qui fait l’objet de critiques, car il ne s’agit pas de droits acquis mais bien d’une allocation conventionnelle entre les parties de la convention ou par un législateur (Europe). Dans le système de quotas d'émissions (SEQE), on abaisse d'année en année l'ensemble des droits d'émissions de gaz à effet de serre.

E

Écobilan 

Analyse du cycle de vie.

Effet néfaste des changements climatiques

Modifications de l'environnement physique dues à des changements climatiques et qui exercent des effets nocifs significatifs sur la composition, la résistance ou la productivité des écosystèmes naturels et aménagés, sur le fonctionnement des systèmes socio-économiques ou sur la santé et le bien-être des sociétés humaines.

Effet de rebond 

Se produit par exemple lorsqu’une amélioration du rendement énergétique d’un moteur entraîne une baisse du coût par kilomètre parcouru, ce qui a pour effet pervers d’inciter les usagers à parcourir davantage de kilomètres.

Effet de serre 

L’effet de serre est le phénomène qui permet à la Terre de retenir la chaleur solaire dans l’atmosphère et de maintenir une température acceptable pour entretenir la vie. L’atmosphère contient des gaz, appelés gaz à effet de serre (GES), tels que le dioxyde de carbone (CO2), la vapeur d’eau (O2), le méthane (CH4). Bien qu’ils soient bénéfiques pour la vie sur Terre, les activités humaines augmentent leur concentration dans l’atmosphère, ce qui augmente l’effet de serre et provoquent le réchauffement de la planète.

El Niño

Réchauffement anormal de l'océan au large de la côte ouest de l'Amérique du Sud, habituellement accompagné par de fortes pluies dans les régions côtières du Pérou et du Chili.

Émission 

On entend par émissions la libération de gaz à effet de serre ou de précurseurs de tels gaz dans l'atmosphère et au cours d'une période donnée.

Émission anthropique 

Émissions de gaz à effet de serre, de précurseurs de gaz à effet de serre et d’aérosols dues aux activités humaines. Au nombre de ces activités figurent la combustion de combustibles et carburants fossiles, le déboisement, les changements d’affectation des terres, l’élevage et la fertilisation.

Empreinte écologique 

L'Empreinte écologique d'un pays est déterminée par sa population, la quantité de biens et de produits consommée par chaque habitant et l'intensité des ressources utilisées par unité de biens et services. Elle inclut les surfaces nécessaires pour répondre à la consommation humaine en terres cultivées (nourriture, fourrage, fibre et huile), prairies et pâturages (pacage d'animaux pour leur viande, peaux, laine et lait), zones de pêche (poisson et fruits de mer) et forêts (bois, fibres, pulpe et bois de chauffage). Elle estime aussi la surface nécessaire pour absorber le CO2 libéré par la combustion de combustibles et carburants fossiles, moins la quantité absorbée par les océans.

Empreinte carbone 

L'empreinte carbone est la mesure du volume de dioxyde de carbone (CO2) émis par combustion d’énergies fossiles, par les entreprises ou les êtres vivants. On estime qu’un ménage suisse émet en moyenne 14 tonnes de dioxyde de carbone (CO2) par an. Il est, dans ses usages privés de l’énergie, directement responsable d’une partie des émissions de dioxyde de carbone (CO2) à l’atmosphère.

Le calcul de son empreinte carbone aide à définir les stratégies et les solutions les mieux adaptées à chaque secteur d’activité et de participer ainsi plus efficacement à la diminution des émissions de gaz à effet de serre. Le calcul de l’empreinte carbone permet aussi de compenser ses émission de CO2. Il existe actuellement plus d’une trentaine de structures qui proposent des mécanismes de compensation du CO2. On peut donc se demander combien de planètes il faudrait pour assimiler ses propres émissions de gaz à effet de serre.

Énergie 

Quantité de travail ou de chaleur fournie.

Énergie alternative (ou de substitution) 

Énergie tirée d’autres sources que les combustibles et carburants fossiles.

Énergie finale 

Energie directement utilisable par le consommateur (par exemple l’électricité fournie par une prise électrique).

Énergie intégrée au produit 

L'énergie utilisée durant tout le cycle de vie du produit pour la fabrication, le transport, l'utilisation et l'élimination.

Énergie primaire 

Energie présente dans les ressources naturelles (charbon, pétrole brut, rayonnement solaire, uranium, etc.) avant tout processus anthropique de conversion ou de transformation.

Energie renouvelable 

voir renouvelable.

Évaporation 

Passage progressif de l'eau à l'état gazeux à partir de la surface libre d'une étendue d'eau, du sol ou d'un végétal (évapotranspiration).

Equité 

Juste répartition des coûts et avantages des activités humaines. Ses deux composantes sont l'équité intergénérationnelle et l'équité actuelle entre personnes ou groupes de personnes (intragénérationnelle).

Equité intragénérationnelle 

L'équité intragénérationnelle est le principe d'égalité entre différents groupes de personnes vivants aujourd'hui. Comme l'équité intergénérationnelle, l'équité intragénérationnelle impliquent que la consommation et la production dans l'une des communautés ne bouleverse pas les ressources écologiques, sociales et économiques des autres communautés pour maintenir ou améliorer leur qualité de vie.

Equivalent CO2 ou équivalent carbone 

Équivalent-dioxyde de carbone. Il existe plusieurs gaz à effet de serre. Le gaz carbonique (CO2) est le plus connu et le plus courant. Mais d’autres gaz, naturels ou artificiels, ont le même effet, avec cependant une action plus ou moins marquée. Par exemple, 1 kg de méthane, gaz issu des fermentations organiques, agit sur l'effet de serre comme l’équivalent de 21 kg de CO2, et 1 kg de dioxyde d’azote comme 310 kg de CO2. Ces gaz peuvent ainsi être transformés et exprimés en une unité unique dite équivalente.

F

Financements innovants 

Financements internationaux provenant de sources nouvelles : affectation d’une partie du PIB à un fonds pour l’adaptation, taxation du revenu issu de la mise aux enchères des droits d’émissions des pays industrialisés, taxation dans les pays dont les émissions par habitant sont supérieures à un seuil de CO2 par an ou une initiative d’une taxe sur les billets d’avion.

Fixation de carbone 

Captage et stockage du (dioxyde de) carbone.

Fonds pour l’adaptation 

Le Fonds pour l’adaptation a été créé lors de la septième Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CDP-7) à Marrakech. Il est chargé de fournir un soutien financier pour des projets en adaptation dans les pays les plus vulnérables aux conséquences des changements climatiques. Dans ce cadre, le Conseil du Fonds pour l’adaptation a été créé en 2008 et investi de la capacité juridique nécessaire afin de recevoir directement des propositions de projets, d’activités et de programmes et de leur allouer le soutien financier nécessaire.

Forçage externe

Se rapporte à un agent de forçage extérieur au système climatique qui provoque un changement dans ce dernier. Les éruptions volcaniques, les variations du rayonnement solaire, les changements anthropiques de la composition de l'atmosphère ainsi que les changements d'affectation des terres sont des forçages externes.

Front chaud 

Un front chaud est une limite entre deux masses d'air où l'air chaud situé à l'arrière remplace l'air froid.

Front froid 

Un front froid est une limite entre deux masses d'air où l'air froid situé à l'arrière remplace l'air chaud.

G

Gaz à effet de serre 

On entend par gaz à effet de serre les constituants gazeux de l'atmosphère, tant naturels qu'anthropiques (d'origine humaine), qui absorbent une partie et réémettent le rayonnement infrarouge. Ces gaz peuvent être produits à la fois par des processus naturels et anthropiques. Ils contribuent à maintenir la chaleur dans l'atmosphère terrestre. Les principaux gaz sont la vapeur d'eau, le dioxyde de carbone CO2, le méthane CH4, l'oxyde nitreux N2O et les chlorofluorocarbones : les hydrofluorocarbones (HFC), les hydrocarbures perfluorés (PFC) et l'hexafluorure de soufre SF6. Les derniers gaz sont interdits dans le cadre du Protocole de Kyoto.

Gaz fluorés 

Groupe des hydrofuorocarbones, des hydrocarbures perfluorés et de l’hexafluorure de soufre, tous pris en compte par le Protocole de Kyoto.

GIEC 

Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Il a été mis en place en 1988 par l'Organisation Météorologique Mondiale et le Programme des Nations Unies pour l'Environnement. Son rôle est d'évaluer toute information scientifique technique et socio-économique intéressante pour la compréhension du risque des changements climatiques induits par les activités humaines. Il mène avec rigueur l'étude de la littérature scientifique et technique disponible dans le monde, et publie des rapports d'évaluation reconnus mondialement comme la source d'information la plus crédible sur les changements climatiques. Les travaux du GIEC répondent également à des questions de méthodologie et aux demandes spécifiques qui lui sont adressées par les organes subsidiaires de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Les rapports ont été publiés en 1990, 1995, 2001, 2007 et 2014.

Glacier 

Un glacier représente une masse de glace importante produite par l'accumulation de la neige et des névés, une neige entassée et comprimée.

Grésil

Le grésil est un type de précipitation formé de pluie gelée après être passée dans une couche d’air sous 0°C. Les grains de glace sont inférieurs à 5 mm.

I

Îlots de chaleur urbains 

Les îlots de chaleur font référence à un phénomène d'élévation de température localisée en milieu urbain par rapport aux zones rurales voisines. Ces îlots thermiques sont des microclimats provoqués par les activités humaines (chaleur induite par les bâtiments, les véhicules, les industries etc) et l'urbanisme (surfaces absorbant la chaleur, comme le goudron et des matériaux comme le béton, le bâti empêchant la circulation de l'air, le manque de végétation).

Impact 

Effets des changements climatiques sur les systèmes naturels et humains. Dans le cadre du Plan climat fribourgeois, on distingue 10 domaines d'impacts, qui sont: l'agriculture et la santé animale, l'aménagement du territoire, la biodiversité, les dangers naturels, l'énergie, les forêts, la gestion des eaux, les infrastructures et les bâtiments, la santé humaine et le tourisme. On identifie pour chacun d'entre eux des défis, dont l'accentuation des fortes chaleurs, l'élévation des chutes de neige, la propagation d'organismes nuisibles. Enfin, chacun de ces défis comportent des risques, tels que les incendies de forêts, la baisse des revenues dus au tourisme hivernal, la dégradation de la biodiversité, ainsi que quelques opportunités, dont les effets sont encore difficilement quantifiables.

Inlandsis 

Un inlandsis, qui est une calotte glaciaire, est un glacier d'eau douce très étendu, s'écoulant dans différentes directions sur un socle rocheux. Si cette calotte glaciaire est suffisamment vaste (arbitrairement, plus de 50.000 km2), on parle d'inlandsis (du danois « glace de l'intérieur du pays »). Il n'y a que deux inlandsis encore en activité aujourd'hui, celui du Groenland et celui de l'Antarctique.

Instrument parlementaire 

Les instruments parlementaires sont des demandes écrites que les députés adressent au Conseil d’Etat ou au Grand Conseil. Elles visent notamment une modification légale, une étude sur une question déterminée ou des mesures concrètes. Si ces demandes sont prises en considération (acceptées) par le Grand Conseil, elles obligent l’organe concerné à agir. Ces instruments diffèrent en fonction de l’organe auquel ils s’adressent, de leur degré de contrainte et du résultat recherché.

Intérêt des enfants à naître 

Les intérêts des enfants à naître (générations futures) et des tiers absents (tels les usagers pour les transports, les populations non fédérées ou non représentées, les victimes potentielles de grandes catastrophes, etc) posent un problème de prise en compte dans les méthodes de gouvernance et de processus participatifs.

J

Jour de dégel

Journée pendant laquelle la neige et la glace fondent consécutivement à une élévation de la température au-dessus de 0°C.

Jour de gel 

Journée pendant laquelle la température minimale est inférieure à 0°C.

Jour d’hiver 

Journée pendant laquelle la température maximale est inférieure à 0°C.

Jour d’été 

Journée pendant laquelle la température maximale est supérieure ou égale à 25°C.

Jour tropical 

Journée pendant laquelle la température maximale est supérieure ou égale à 30°C.

L

La Niña

Phase froide de l'oscillation australe et phénomène climatique inverse d'El Niño, provoqué par le déplacement d'une énorme masse d'eau chaude poussée par des alizés vers l'extrême ouest du Pacifique, l'Asie du Sud-Est, l'Indonésie et l'Australie et produisant un refroidissement des eaux au large du Pérou et de l'Équateur.

M

Maîtrise de l’énergie 

Méthode de planification énergétique à long terme appliquée par les autorités gouvernementales, par les gestionnaires de l'énergie, par les producteurs, par les consommateurs, etc., dont les principaux objectifs sont : la sécurité des approvisionnements; la diversification des sources d'énergie; l'optimisation de toutes les étapes allant de la production à l'utilisation et ce, en considérant les paramètres sociaux, économiques et environnementaux.

Marché du carbone 

Terme générique qui s’impose dans les médias pour qualifier les mécanismes d’échange sur le marché des crédits carbone. Les autres termes utilisés sont, par usage décroissant : marché de droits d’émission, échange de quotas d'émission, marché de permis d’émission, échange de droits d’émission. Le terme d’échange s’impose pour la traduction officielle de « trading ». Le protocole de Kyoto (article 17) porte sur l’« échange de droits d'émission » (emissions trading) et la Directive européenne porte sur l’« échange de permis d'émission » (emission allowance trading).

Marché européen des quotas d’émissions 

Lancé en janvier 2005, le marché européen de quotas d’émissions vise à maîtriser les émissions de CO2 de l’industrie européenne forte consommatrice d’énergie. Plus de 12 000 installations de 27 états membres se sont vu allouer des quotas d’émissions de CO2. Depuis le 1er janvier 2020, le système SEQE suisse est couplé au SEQE de l'Union Européenne.

Mesures d’adaptation 

Les scientifiques ont défini plusieurs types de mesures d'adaptation pour parer aux incidences des changements climatiques. Le Canton de Fribourg a identifié des stratégies d'adaptation de façon à accroître l'aptitude des sociétés humaines à faire face à ces changements et à réduire les dommages économiques résultant de ceux qui sont déjà inéluctables. Ces stratégies d'adaptation sont notamment les suivantes : identifier les risques et opportunités majeurs à l’échelle cantonale, identifier les mesures d’adaptation existantes, identifier les déficits en mesures / mesures manquantes et identifier les difficultés rencontrées lors de la mise en oeuvre de mesures existantes, ainsi que les difficultés empêchant la mise en place des mesures manquantes.

Mesures d’atténuation 

Moyens permettant d'éviter ou de diminuer l'importance d'un impact, généralement par des modifications au projet ou aux modalités de mise en œuvre. La Suisse mène une politique active en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Elle apporte sa contribution à l’objectif international consistant à limiter le réchauffement à bien moins de 2 degrés. La loi sur le CO2 en vigueur se focalise sur la réduction des émissions en Suisse.

Mesures compensatoires 

Mesure en faveur de l'environnement permettant de contrebalancer les dommages qui lui sont causés par un projet et qui n'ont pu être évités ou limités par d'autres moyens. Par exemple, la construction d'un pont de verdure pour permettre à la faune de traverser un nouveau tronçon d'autoroute.

Mesures volontaires 

Mesures destinées à réduire les émissions de gaz à effet de serre, que prennent des entreprises et d’autres acteurs en l’absence de prescriptions gouvernementales. Ces mesures volontaires contribuent à favoriser l’accès aux produits ou procédés respectant l’environnement et incitent les consommateurs à intégrer des valeurs écologiques dans leurs choix liés au marché. Dans le Canton de Fribourg, les entreprises peuvent obtenir le label Carbon Fri, qui leur permet de s'engager à réduire leur impact carbone et dont les fonds de participation vont à des projets écologiques locaux. tel que le plantage d'arbres. Voir l'article Carbon FRI.

Méthane (CH4) 

L’un des six gaz à effet de serre dont les émissions doivent être réduites au titre du Protocole de Kyoto. Constituant principal du gaz naturel, le méthane est présent dans tous les combustibles hydrocarbonés et est aussi lié à l’élevage et à l’agriculture. Le grisou est le gaz que l’on trouve dans les filons de charbon. Le pouvoir calorifique du méthane est équivalent à 25 tonnes de CO2.

Mise en œuvre 

Désigne les mesures prises pour satisfaire aux obligations d’un traité. Cette mise en œuvre comprend deux phases, l’une juridique et l’autre effective. La mise en oeuvre juridique fait référence aux dispositions législatives et réglementaires, aux décrets judiciaires et aux autres mesures (y compris les efforts déployés pour gérer les progrès) que les gouvernements prennent pour traduire les accords internationaux en lois et en politiques internes. La mise en oeuvre effective nécessite des politiques et des programmes qui amènent un changement du comportement et des décisions des groupes cibles concernés. Ces groupes cibles prennent ensuite des mesures efficaces d’atténuation et d’adaptation.

Modèle climatique

Représentation simplifiée de la répartition du climat mondial, sous la forme de diagrammes, de graphiques ou de systèmes d'équations, basée sur certaines structures ou procédés clés.

Motion 

Le but de la motion est d'obliger le Conseil d'Etat à élaborer un projet visant notamment à : modifier la Constitution, une loi, un décret ou une ordonnance parlementaire existante ou alors à créer une nouvelle loi, décret ou ordonnance parlementaire.

N

Neutralité carbone 

La neutralité carbone est le résultat d’une démarche de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre et de compensation de la totalité des émissions restantes. A partir du moment où les émissions directes d’une personne physique ou morale ont été effectivement compensées, les réductions ou les séquestrations financées en un lieu équilibrent les émissions produites en un autre lieu, et le bilan des émissions de l’opération est donc neutre.

O

Organisation non gouvernementale 

Une organisation non gouvernementale est un groupement sans but lucratif composé de bénévoles, organisé sur une base locale, nationale ou internationale dans un but précis, et administré par des gens ayant des intérêts communs.

Oscillations de Milankovitch

Grandes variations du climat qui sont dues aux variations du rayonnement solaire causées par : 1) l'ellipticité variable de l'orbite terrestre; 2) l'inclinaison variable de l'axe de rotation de la Terre causée par l'obliquité de l'écliptique; 3) la précession des solstices et équinoxes.

Oscillation Nord-Atlantique

Phénomène atmosphérique et océanique, qui concerne principalement l'Atlantique Nord.

Oxyde nitreux (N2O) 

L’un des six gaz à effet de serre dont il est prévu de réduire les émissions au titre du Protocole de Kyoto. L’agriculture (gestion des sols et des effluents d’élevage) est la principale source anthropique d’oxyde nitreux, même si l’épuration des eaux usées, la combustion des combustibles fossiles et les procédés de l’industrie chimique jouent également un rôle important à cet égard. L’oxyde nitreux est aussi émis naturellement par toute une série de sources biologiques dans les sols et dans l’eau, et notamment par l’action microbienne dans les forêts tropicales humides.

Ozone (O3) 

Forme triatomique de l’oxygène (O3), l’ozone est un constituant gazeux de l’atmosphère. Dans la troposphère, il se forme naturellement, mais aussi par suite de réactions photochimiques faisant intervenir des gaz dus à l’activité humaine (smog). L’ozone troposphérique agit comme un gaz à effet de serre. Dans la stratosphère, l’ozone résulte de l’interaction du rayonnement ultraviolet solaire et de l’oxygène moléculaire (O2). L’ozone stratosphérique joue un rôle décisif dans l’équilibre radiatif stratosphérique. C’est dans la couche d’ozone que sa concentration est la plus élevée.

P

Partie 

Une partie à un traité est un État ou une autre entité avec le pouvoir de conclure des traités qui a exprimé son consentement à être lié par le traité en question par voie de ratification, acceptation, approbation ou adhésion, etc., et à l'égard duquel le traité est en vigueur. L'État est donc lié par le traité en vertu du droit international.

Période d’engagement 

Pour le Protocole de Kyoto la période d'engagement de réduction de gaz à effet de serre porte sur les années 2008-2012.

Permis d’émission 

Chaque pays doit s'engager quantitativement à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, cela permet de définir des objectifs quant aux quantités d'émissions à respecter, c'est le permis d'émission. Les pays qui limitent ou réduisent leurs émissions plus qu’il n’est nécessaire pour satisfaire à leurs engagements pourront céder leurs droits d’émission aux pays qui trouvent leurs objectifs plus difficiles ou plus onéreux à atteindre.

Piégeage 

Séquestration.

Plafond d’émission 

Restriction obligatoire sur une période de temps donnée, qui “plafonne” le volume total des émissions anthropiques de gaz à effet de serre qui peuvent être rejetées dans l’atmosphère.

Plan d’action national 

Plan présenté à la Conférence des Parties par chaque Partie pour présenter les mesures mises en œuvre pour répondre aux engagements pris dans le cadre d'une convention ou d'un protocole international.

Plan d’action régional 

Selon les mêmes dispositions que le plan d'action national, il concerne les organisations d'intégration économique régionales (exemple : Plan climat cantonal).

Postulat 

Le but du postulat est d’obliger le Conseil d’Etat à rendre un rapport détaillé sur une problématique particulière, après analyse de la situation. Voir les Instruments parlementaires du Canton de Fribourg.

Potentiel de réchauffement 

Les gaz à effet de serre d'origine humaine ne contribuent pas tous de la même façon à l'effet de serre. Ainsi, une molécule de méthane contribue sept fois plus à l'effet de serre qu'une molécule de dioxyde de carbone. La première étant trois fois plus légère que la seconde, on retrouve le coefficient de 25. C'est pourquoi, dans les stratégies de réduction des émissions de gaz à effet de serre, on peut avoir intérêt à brûler le méthane pour le convertir en dioxyde carbone. Voir le potentiel des gaz à effet de serre anthropiques, expliqué par la Confédération.

Prévision immédiate

La prévision immédiate (Nowcasting en anglais) est une prévision météo de très court terme, de quelques minutes à 2 ou 3h au maximum. Elle s’appuie sur l’observation actuelle du temps, qui lui apporte de manière permanente des données de précipitations (pluie, neige, grêle) fournies par les radars, mais également des données foudre, des données via des satellites météo qui permettent de suivre le mouvement des orages et enfin, des données des stations météo au sol, qui ajoutent des informations sur le vent, la température (pluie/neige), le type de nuages et la pression (haute/basse pression).

Principe pollueur/payeur 

Principe selon lequel les frais résultant des mesures de prévention, de réduction et de lutte de la pollution doivent être pris en charge par le pollueur. Le principe pollueur-payeur a été adopté par l’OCDE en 1972, en tant que principe économique visant l’imputation des coûts associés à la lutte contre la pollution. Ce principe est un des principes essentiels qui fondent les politiques environnementales dans les pays développés.

Principe de précaution 

Le principe de précaution, selon lequel l'absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l'adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l'environnement à un coût économiquement acceptable. Le principe 15 de la Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement précise qu'en cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l'absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l'adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l'environnement.

Programme de sensibilisation du public 

 Un programme de sensibilisation du public peut comprendre diverses initiatives y compris des sites Internet, des éléments d'exposition dans des musées, du matériel pédagogique, etc. pour sensibiliser davantage les citoyens. Le programme peut compléter les Plan d'action nationaux relatifs aux conventions internationales. Un programme de sensibilisation du public peut comporter plusieurs composantes clés : des initiatives de sensibilisation menées par le gouvernement, un réseau de centres locaux/communaux d'information et de coordination en matière de sensibilisation du public et le financement de projets...

Projection climatique 

Projection climatique à des scénarios d’émissions ou de concentration de gaz à effet de serre ou à des scénarios de forçage radiatif, basée généralement sur des simulations par des modèles climatiques. Les projections climatiques se distinguent des prévisions climatiques par le fait qu’elles sont fonction des scénarios d’émissions, de concentration ou de forçage radiatif utilisés, qui reposent sur des hypothèses concernant, par exemple, l’évolution socioéconomique et technologique à venir. Or, ces hypothèses peuvent se réaliser ou non, et sont donc sujettes à une certaine incertitude.

Protocole 

Sous-entente exécutoire découlant d’une convention-cadre ou d’un traité.

Protocole de Kyoto 

Ce Protocole à la Convention-cadre sur les changements climatiques a été adopté à Kyoto le 11 décembre 1997. Il fixe des engagements chiffrés (en équivalents dioxyde de carbone) pour les pays du Protocole en vue de réduire ou de limiter leurs émissions anthropiques de gaz à effet de serre pour l'horizon 2008-2012. Il énonce aussi les politiques et mesures à mettre en œuvre pour réaliser ces objectifs, de même que les principes de base des mécanismes de flexibilité. La Suisse a ratifié le Protocole de Kyoto en 1998 et s'engage à réduire ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, de 8% sur la période 2008-2012 et de -15.8% pour 2013-2020.

Puits de carbone 

Désigne le processus qui extrait les gaz à effet de serre de l'atmosphère, soit en les détruisant par des procédés chimiques, soit en les stockant sous une autre forme. Exemple : le dioxyde de carbone est souvent stocké dans l'eau des océans, les végétaux ou les sous-sols. Les forêts et les océans absorbent environ la moitié des émissions de carbone de ce qui est émis dans le monde. Les océans constituent même un stockage durable pour ce carbone : en effet, tout excès de CO2 qui s'y dissout est entraîné depuis la surface vers les eaux profondes. Les modèles numériques annoncent qu'il peut y être immobilisé pendant plusieurs siècles. Au contraire, les forêts rejettent dans l'atmosphère le CO2 qu'elles ont absorbé (photosynthèse) beaucoup plus rapidement : entre 20 et 80 ans selon qu'il s'agit de forêts tempérées, tropicales ou boréales.

R

Ratification 

Procédure faisant entrer en application un accord international. Les pays signent formellement, par exemple lors de réunions internationales, par le biais de leur exécutif (ministre ou chef d'Etat), mais une procédure de ratification spécifique, impliquant souvent les parlements, engage réellement les pays. La Convention, ou le Protocole, entre en application quand un nombre suffisant de pays l'ont ratifié.

Réchauffement mondial 

Changements climatiques.

Récupération du méthane 

Technique consistant à piéger les émissions de méthane rejetées, en particulier, par les puits de pétrole ou de gaz, les mines de charbon, les tourbières, les gazoducs, les décharges et les digesteurs anaérobies et à les utiliser comme combustibles ou à d’autres fins économiques, tel un nouvel agro-business alimentant des générateurs d'électricité ou encore comme engrais pour fertiliser les champs.

Réduction anthropique 

Dans le contexte de la Convention sur les changements climatiques : Réduction résultant de l’activité humaine comme la plantation d’arbres.

Réduction certifiée des émissions 

Correspond à une tonne d’émissions d’équivalent CO2 supprimées ou piégées par le biais d’un programme relevant du mécanisme de développement propre, le calcul s’effectuant sur la base du potentiel de réchauffement global.

Remplacement de combustible 

Politique destinée à réduire les émissions de dioxyde de carbone et fondée sur l’utilisation de combustibles à moindre teneur en carbone (par exemple le remplacement du charbon par le gaz naturel).

Rendement énergétique 

Rapport de la quantité d’énergie produite par un procédé de conversion ou un système à la quantité d’énergie consommée.

Renouvelable

On désigne aujourd'hui par énergies renouvelables un ensemble de filières diversifiées dont la mise en œuvre n'entraîne en aucune façon l'extinction de la ressource initiale et est renouvelable à l'échelle humaine :

  • Vent : éolienne, houlomotrice.
  • Soleil : thermique, photovoltaïque, thermodynamique.
  • Chaleur terrestre : géothermie.
  • Eau : hydroélectrique, marémotrice.
  • Biodégradation : biomasse.
  • Biocarburant.

Les énergies renouvelables sont ainsi multiples et fondamentalement diverses par leurs mécanismes physiques, chimiques ou biologiques et n'émettent souvent pas d'émissions de gaz à effet de serre.

Réservoir 

Composante du système climatique, autre que l’atmosphère, qui a la capacité d’emmagasiner, d’accumuler ou de libérer une substance potentiellement nocive (carbone, gaz à effet de serre, précurseur, etc.). Les océans, les sols, les zones humides et les forêts sont des exemples de réservoirs de carbone.

Résilience 

Capacité d’un système social ou écologique à absorber des perturbations tout en conservant sa structure de base et ses modes de fonctionnement, la capacité à s’organiser et la capacité de à s'adapter au stress et aux changements.

Résolution 

Une résolution demande au Grand Conseil d’exprimer son opinion, de manière purement déclarative, sur un événement d’actualité. Il s’agit le plus souvent d’un événement d’actualité d’une certaine importance et présentant des liens avec le canton de Fribourg ou la Suisse. Le résultat d’une résolution n’a pas d’effet contraignant mais permet de sensibiliser l’opinion publique à une problématique particulière. Voir les Instruments parlementaires du Canton de Fribourg.

Rétroaction climatique 

Une rétroaction climatique est le phénomène par lequel un effet sur le climat agit en retour sur ses causes d'une manière qui peut le stabiliser ou au contraire l'amplifier. Dans le premier cas on parle de rétroaction négative (s'opposant à l'effet) dans le second, de rétroaction positive (renforçant l'effet).

S

Scénario climatique 

Représentation vraisemblable et souvent simplifiée du climat futur, fondée sur un ensemble intrinsèquement cohérent de relations climatologiques et établie expressément pour déterminer les conséquences possibles des changements climatiques anthropiques, qui sert souvent à alimenter les modèles d’impact. Les projections climatiques servent fréquemment de matière première aux scénarios climatiques, quoique ces derniers nécessitent généralement des informations supplémentaires, par exemple sur le climat observé actuellement. Un scénario de changement climatique correspond à la différence entre un scénario climatique et le climat actuel.

Scénario d’émission 

Représentation plausible de l’évolution future des émissions de gaz à effet de serre. Les scénarios d’émissions servent d’entrées dans les modèles climatiques pour le calcul des projections/scénarios climatiques.

Sécheresse 

Une sécheresse est une longue période de temps pendant laquelle les quantités de précipitations sont en dessous des statistiques dans une région et qui entraîne de graves déséquilibres en eau.

Sensibilité 

La sensibilité est la capacité d'un système à réagir à une transformation des conditions climatiques, par exemple : degré de modification de la composition, de la structure et du fonctionnement d'un écosystème et notamment de sa productivité primaire, par rapport à une variation de température ou de précipitation donnée.

Simulation 

Projection du climat futur via des modèles de prévision climatiques.

Sobriété énergétique 

La sobriété énergétique consiste à interroger nos besoins puis agir à travers les comportements individuels et l’organisation collective sur nos différents usages de l’énergie, pour privilégier les plus utiles, restreindre les plus extravagants et supprimer les plus nuisibles.

Société civile 

Les individus et les groupes, organisés ou non, qui agissent de manière concertée dans le domaines social, politique et économique et auxquels s’appliquent des règles et des lois formelles ou informelles.

Source 

On entend par source tout processus ou activité qui libère dans l'atmosphère un gaz à effet de serre ou un aérosol.

Source d’énergie renouvelable 

Source d’énergie durable dans un laps de temps de courte durée par rapport aux cycles naturels de la planète. Parmi les sources d’énergie renouvelables figurent des technologies ne faisant pas appel au carbone (production d’énergie solaire, hydroélectrique, éolienne, etc.) ainsi que des technologies neutres en ce qui concerne le carbone (par exemple les technologies relatives à la biomasse).

Stratégie nationale de développement durable 

L’Agenda 21 de Rio (§37.4a) demande aux pays d’élaborer des stratégies nationales de développement durable. Un processus coordonné, participatif et itératif de réflexions et d’actions pour atteindre les objectifs économiques, environnementaux et sociaux de façon équilibrée et intégrée, aux niveaux national et local.

Stress hydrique 

Un stress hydrique, qui peut également être une pénurie d'eau, est une situation dans laquelle la demande en eau dépasse les ressources en eau disponibles.

Système climatique 

Système extrêmement complexe comprenant cinq grands éléments (l’atmosphère, l’hydrosphère, la cryosphère, les terres émergées et la biosphère) et qui résulte de leurs interactions. Ce système évolue avec le temps sous l’effet de sa propre dynamique interne et en raison de forçages externes tels que les éruptions volcaniques, les variations de l’activité solaire ou les forçages anthropiques (par exemple les variations de la composition de l’atmosphère ou les changements d’affectation des terres).

Système européen d’échange de quotas d’émission

Le système européen d’échange de quotas d’émissions est l’outil dont dispose l’Union européenne pour appliquer sa politique de lutte contre les changements climatiques. Il aide les industries à réduire leurs émissions de CO2 de manière rentable. Il oblige à fixer un objectif pour toutes les grandes sources d’émission de CO2. Les entreprises du système ont droit à un certain nombre de droits. Cette quantité baisse chaque année. L'entreprise paie une amende si elle dépasse ses droits d'émissions. Elle peut également acheter ou vendre ses droits.

T

Taxe sur le dioxyde de carbone 

La taxe sur le carbone est un impôt sur la teneur en carbone des agents énergétiques fossiles. Puisque pratiquement tout le carbone présent dans ces combustibles et carburants est en définitive rejeté sous forme de dioxyde de carbone, une taxe sur le carbone équivaut à une taxe sur les émissions pour chaque unité d’équivalent-CO2 rejeté. En Suisse, l'actuelle taxe sur le CO2 ne s'applique qu'aux combustibles fossiles.

Technologie de captage et de stockage 

La capture et le stockage du CO2 sont des techniques de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le captage et le stockage du CO2 impliquent la séparation du gaz rejeté par les installations industrielles ou énergétiques; le gaz doit ensuite être transporté, puis stocké; il faut alors l’isoler durablement de l’atmosphère. La technique présente un intérêt certain pour les grandes sources fixes de pollution, notamment les centrales thermiques qui brûlent des combustibles fossiles ou de la biomasse, les industries qui émettent du CO2 et les usines qui produisent du gaz naturel et des combustibles synthétiques.

Texte non contraignant 

Un texte non contraignant est défini comme une règle internationale créée par un groupe d'autorités nationales spécifiques et qui peut être intégré dans les lois ou les codes administratifs des nations. Notamment, une fois qu'un pays met en application les principes d'un texte non contraignant, le texte non contraignant atteint souvent la force légalement obligatoire et devient loi dure dans ce pays.

Topographie 

La topographie (du grec topos = lieu et graphein = dessiner) est la science qui permet la mesure puis la représentation sur un plan ou une carte des formes et détails visibles sur le terrain, qu'ils soient naturels (notamment le relief et l'hydrographie) ou artificiels (comme les bâtiments, les routes, etc.).

Toundra 

La toundra est un type de végétation caractéristique des milieux circumpolaires que l'on trouve en Islande, en Russie, en Scandinavie, en Alaska, au Canada ou encore aux îles Kerguelen. Voir article sur le Climat en Suisse.

U

Urbanisation 

L'urbanisation est un mouvement historique de transformation des formes de la société que l'on peut définir comme l'augmentation du nombre de ceux qui habitent en ville par rapport à l'ensemble de la population. C'est donc un processus de développement des villes et de concentration des populations dans ces dernières.

V

Valeur limite d’émission 

Les émissions de gaz à effet de serre à ne pas dépasser au cours d’une ou de plusieurs périodes données. Les valeurs limites d'émission peuvent être fixées également pour certains groupes, familles ou catégories de substances.

Variabilité du climat 

 Variations de l’état moyen et d’autres variables statistiques (écarts types, phénomènes extrêmes, etc.) du climat à toutes les échelles temporelles et spatiales au-delà de la variabilité propre à des phénomènes climatiques particuliers. La variabilité peut être due à des processus internes naturels au sein du système climatique (variabilité interne) ou à des variations des forçages externes anthropiques ou naturels (variabilité externe). Voir également Changement climatique.

Végétalisation 

Reconquête par des espèces végétales introduites ou naturellement présentes dans le milieu naturel des terrains dénaturés par l’action de l'homme ou suite à des catastrophes naturelles. On parle aussi de végétalisation des toitures et terrasses dans l'architecture, voire de végétalisation des façades.

Vulnérabilité 

La vulnérabilité définit la mesure dans laquelle un système peut être dégradé ou endommagé par l'évolution du climat. Elle dépend non seulement de la sensibilité, mais aussi de l'adaptabilité du système à de nouvelles conditions climatiques. Cette notion combine le niveau de menace physique d'une société et sa capacité d'adaptation. Elle souligne donc le rôle des facteurs socio-économiques, qui vont amplifier ou atténuer l'impact des variations climatiques sur une société.